DURAFFOURD,  peintre du bonheur

    "Peindre, pour Duraffourd, relève d'une subtile délectation. Son art est intensément poétique. II féerise, en ses instantanés lyriques, la réalité qu'il transfigure avec beaucoup de tendresse suggestive. Ses paysages, ses natures mortes et ses fleurs, que présente la galerie Guillet, sont d'une rare fraîcheur de tons, d'un extrême raffinement. Cet ancien élève des Beaux-Arts pratique son métier avec passion, pudeur et sérieux. Depuis ses précédentes expositions, Duraffourd a encore accentué la primauté des coloris vivaces, son souci des mises en page équilibrées, le frémissement de sa touche vibratile, l'harmonieuse eurythmie de ses toiles. Duraffourd est un peintre que l'on peut situer dans la phalange des meilleurs artistes actuels, à la lisière de l'impressionnisme et de la réalité poétique. Ce n'est pas un mince éloge ! Sensible à la lumière, à l'air, à l'espace, à la grâce "plus belle encore que la beauté", eût dit La Fontaine, Duraffourd semble épris de merveilleux. Rythmer un espace de lumière, tel apparaît son idéal poursuivi avec exigence. S'il reste attaché à une réalité spiritualisée, idéalisée, il n'en demeure pas moins sensible aux injections de l'instinct et aux caresse du rêve. II n'ignore pas que l'harmonie invisible est plus forte que l'harmonie visible. Dans ses approches pour saisir la réalité secrète des choses, Duraffourd fait oeuvre de sourcier, grâce à un tour de main infaillible et une intrépidité du regard capable de percer les mystères de la Création. II est le peintre du bonheur. C'est pourquoi je place Duraffourd parmi les élus de la réalité expressive et féerique, qu'il agrandit à la mesure de son séduisant et solide talent."

André Weber, Galerie des Arts, mars 1980

***
retour
le télé-menu
suite